Extraits 1 de Bribes.

les nues laineuses me tricotent un abri
tenant ferme les aiguilles du vent
à ciel obscurci lumière interne prend
ce qu’on ne verra jamais dans le moindre habit.

**

la nuit corps
truffe noire
poils blancs
froissée aboie ce que cache
la nature nue
à peau hérissée de tant d’Hommes
taillés dans la cendre grise
à maux hérissés de tant d’air
taillé dans leurs ventres pleins.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s