Ce qui berce 1

Déjà, ce matin, ce qui berce, la respiration de mes doigts, les craquelures de l’asphalte de mon clavier, tenant ferme, la route, le vent, et toute la chevelure d’un monde aux poumons bien remplis, ce qui berce, l’œil rabattu sur toutes les serrures du temps, la pluie, le soleil, pour un temps répandus partout, et partout la sagesse, ce qui berce, le fou, le feu, les coutures de ta bouche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s