Proverbes chinois.

Tandis que le roseau prend tout son temps en profitant des délices d’un paysage sans fin pour tendre sa frêle tête vers le nuage éconduit par le souffle du mouvement de la terre, tu t’entêtes à perdre ton temps en soufflant sur les cendres de ton passé endormi.

**

Quand un délicat grain de riz colle à ton charmant palais qui ne mâche pas ses mots quand il s’agit de parler des points noirs de la vie qui se construit à petits pas risquant à chaque instant de sombrer dans des affres morbides, ne le mâche surtout pas, laisse-lui encore quelques frêles instants d’une vie finissante.

**

Quand tu trempes ta chemise en pliant ton corps pour retourner la terre nourrissant ta famille, souviens-toi de la nudité du ver qui a tendu le sien pour créer ce fil merveilleux dans lequel tu transpires tandis que lui s’acharnait à construire son cocon à devenir papillon qu’il ne deviendra pas puisqu’on a pris son fil pour t’en faire un à toi qui ne volera jamais.